Florian André Raymond SCHERB

Né le : 22/03/1887 à Sétif (Algérie)
Décédé le : 03/09/1977 (90 ans) à Barbazan (Haute-Garonne)
Profession : Docteur en médecine. Pharmacien.

Biographie

Florian André Raymond SCHERB nait le 22 mars 1887 à SETIF en ALGERIE. Il est le fils d’Ignace André Camille SCHERB né à TURCKHEIM (dans le Haut-Rhin) né le 28 juin 1855, décédé le 2 juillet 1927 à ROYAT (Puy-de-Dôme) et de Mathilde GLATIGNAT née à MEDJAR-IFA dans la commune de SOUK-ARHAS à CONSTANTINE. Son père est alors Premier Commis à la Sous-Direction des Contributions Diverses et sa mère est sans profession. Raymond SCHERB a un frère prénommé Camille qui effectuera des études en médecine et une carrière prometteuse en rugby avant un geste malheureux qui met fin à sa carrière, doublé de l’arrivée du Premier Conflit Mondial.

C’est un élève brillant qui décroche très tôt des prix d’honneur en août 1895 au cours d’une cérémonie à Aïn-Beida. Il obtient son doctorat en pharmacie en 1914 avec une thèse intitulée : « Etude expérimentale sur les bouillons. Moyens d’augmenter leurs valeurs nutritives ». Il obtient un doctorat en médecine l’année suivante avec une thèse consacrée à l’étude des néphrites. Il sera même moniteur de physique durant ses études.

Tout comme son frère, il pratique l’athlétisme au SPORTING CLUB DE TOULOUSE. Lors du Championnat Général d’athlétisme de mai 1909, il termine 1er du 100m devant son frère, et 5e au lancement du disque contrairement à son frère qui remporte l’épreuve.

Contrairement à son frère, il optera pour la carrière d’arbitre et dirige de nombreux matches scolaires. Et fait troublant, il arbitre son frère pour la finale de 2e Série de 1912 qui oppose le TOULOUSE OLYMPIQUE au CERCLE AMICAL de PARIS (1). Il officie également au sifflet dans d’autres disciplines telles que le water-polo.

Lors du premier conflit mondial, il sera médecin auxiliaire du 9e Régiment d’Infanterie. Il recevra une citation pour son dévouement et sa campagne du début des hostilités jusqu’en février 1915.

Il se marie le 15 juillet 1915 à TOULOUSE avec Julie Joséphine Marie Louise MONTOUSSE DU LYON, infirmière à la Croix-Rouge. Il épousera en secondes noces Blanche RAVEAU après le décès de sa première femme. Le 25 février 1920, un certain Docteur Raymond SCHERB, Docteur en Médecine est Directeur du Laboratoire municipal de MULHOUSE et membre de la Société Industrielle de MULHOUSE. Sa faille paternelle est originaire de la région. Est-ce un retour aux sources ? Une parfaite homonymie ? Rien ne permet de l’affirmer précisément. Mais en 1931, il fait partie des Hôtes de l’Hôtel du Midi à MONTPELLIER, toujours en sa qualité de Docteur en médecine à MULHOUSE.

En 1923, un délégué nommé Raymond SCHERB officie pour le Comité d’Alsace et est également le Président du club de MULHOUSE UNIVERSITE CLUB. Le 7 juillet 1933 il est nommé Chevalier de la Légion d’Honneur en sa qualité de Médecin Capitaine de la 16e région.

Le décret du 19 mai 1948 le nomme Officier de la Légion d’Honneur. Il recevra également la médaille de la Résistance Française ainsi que les Croix de Guerre et Croix des Services militaires volontaires. Professionnellement, il obtiendra la Médaille de Bronze des Epidémies et sera nommé Commandeur de l’Ordre de la Santé Publique.

Sa première décoration est celle d’Officier du Mérite Agricole en février 1929. En avril 1934, le Journal Officiel indique que Raymond SCHERB est décoré de la Médaille d’Argent de l’Assistance Publique pour services exceptionnels rendus. Il exerce alors la profession de Directeur des services d’hygiène de l’Hérault à MONTPELLIER. Il se décide à combattre le paludisme qui sévit dans la région. Il est élu membre de l’Académie des Sciences et de lettres de MONTPELLIER le 28 avril 1952 mais sans explication il ne prononcera pas son discours d’intronisation et ses éloges ne seront pas prononcées.

Comme après la Première Guerre, le mystère s’établit autour de son activité jusqu’en 1975, date approximative de sa démission. Il se retire au château de BARBAZAN en Haute-Garonne, région natale de sa première femme, où il décède le 3 septembre 1977.

(source : recherches FinalesRugby : Gallica – Retronews – Filae – Geneanet – Mémoire des hommes – base Léonore)

(1) Raymond SCHERB apparait sur la photo du TOULOUSE OLYMPIQUE en qualité d’arbitre officiel mais « Le Républicain de Toulouse et du Midi » du 15 avril 1912 indique que c’est Marc GIACARDY qui était l’arbitre central. SCHERB était probablement arbitre de touche.

Parenté ovale

Frère de Henri Albert Camille SCHERB