1re SÉRIE

2012-2013

logo du club CAPBRETON-HOSSEGOR 20-5 SAINT-MALO logo du club

Mi-temps : 9 - 0
23/06/2013

Deux ans d’existence et déjà un bouclier?! Capbreton-Hossegor Rugby n’a pas tardé à ouvrir son compteur et inaugurer son palmarès. En disposant en toute logique des Corsaires de Saint-Malo (20–5), l’entente de la côte sud a posé les jalons d’un avenir serein. Un acte fondateur pour ce jeune club. L’histoire fut belle de bout en bout. Dès le coup d’envoi, donné pour les tricolores par Frédéric Olaso, la pluie arrête de tomber sur les Deux-Sèvres et les déferlantes sont landaises. La conquête est en place. Le talonneur Paysan trouve ses sauteurs à chaque lancer et la mêlée est sereine.

Seule ombre au tableau, la sortie sur blessure du demi de mêlée Fernon, désespéré de laisser ses copains sur le pré. La domination est sudiste et le canonnier de l’estacade, Maxime Cazalets, concrétise dès la 12e minute la bonne entame des siens d’une première pénalité (3–0). Il remet le couvert à la 24e tandis que l’entente maîtrise globalement son sujet (6–0). Alexandre Mangiarotti bonifie les munitions au centre de sa troisième ligne et Olaso allume quelques chandelles, histoire de mettre à profit le souffle d’Éole. Mais l’ultime rempart des Corsaires se montre très sûr à la réception. « Nous avons bien géré ce premier acte. Nos gars ont d’emblée eu la mainmise sur le match », sourit Cédric Larrieu, entraîneur des avants. Une troisième bonification de Cazalets, pas perturbé par les rafales, donne à la pause un capital de neuf points aux Gascons. 

Lesquels vont devoir tenir face au vent tout en gérant un ballon rendu glissant par quelques averses. En effet, le second acte voit les Malouins passer à l’offensive. Néanmoins, la défense des tricolores tient bon. La digue du Bourret ne rompt pas et Capbreton-Hossegor ajoute même trois points dans son escarcelle (12–0, 48e). Le Bouclier se rapproche… 

Dans les travées comme sur le terrain, l’état d’esprit est formidable. Les tambours de l’Ille-et-Vilaine répondent aux cuivres de la banda landaise, intenable. « Le rugby sort vainqueur de ce genre d’ambiance magnifique », souligne, ému, Joël Vergez, coprésident de l’entente. Parfaitement arbitré par M. Béraud, le match baisse en intensité, les deux équipes s’en remettant au jeu au pied. Tandis que les sudistes semblent s’envoler inexorablement vers un succès facile, les Corsaires font exploser leurs bruyants supporters au terme d’une belle offensive. Le centre Videau conclut en coin l’enchaînement de plusieurs temps de jeu (12–5, 70e). Une juste récompense pour les Bretons. La finale est relancée mais le suspense sera de courte durée. Piqués au vif, les Gascons réagissent dans la foulée. Ils contrarient pour la première fois les lancers en touche adverses et partent à l’abordage.  Auteur d’une excellente rentrée, Butet joue les chefs d’orchestre derrière son pack. Sur une « tortue » constituée par les avants, le troisième ligne Cross s’extirpe dans le fermé et plonge en terre promise (17–5, 75e). Sur leur banc, les coaches Pinsolle et Larrieu ont compris. Un ultime déroulé dévastateur concrétisé par une cinquième pénalité de Maxime Cazalets scelle l’issue de la rencontre entre les deux cités marines (20–5, 80e). Nicolas Bayer peut s’écrouler. Ivre de bonheur. Le flanker et capitaine ne pouvait rêver meilleur scénario pour mettre un terme à sa carrière. Les surfeurs ont eu raison des Corsaires. L’entente Capbreton-Hossegor est championne de France pour la première fois de son histoire.

CAPBRETON-HOSSEGOR
Arbitres
Essais
Transformations
Pénalités
Drops
Cartons Rouges
Cartons Jaunes
Autres
SAINT-MALO