JEROME Georges Théodore Hubert

Pays d'origine : France
Pays de sélection : France
Né le : 09/11/1883 à Cayenne (Guyane)
Décédé le : 16/03/1929 (45 ans) à Le Bouscat (Gironde)
Taille : 1m71
Poids : 74kg
Poste(s) : 1
Profession : Chef de service

SELECTIONS A XV

France
  • Nombre de sélections : 2
  • International n°: 14
  • Période de sélection : 1906

Rencontres

Internationales

1re RENCONTRE DU XV DE FRANCE
01/01/1906
France Seconde ligne
Défaite 38-08 face à la NOUVELLE-ZELANDE

Biographie

Georges Théodore Hubert JEROME avait un fils prénommé Georges Christian (14/08/1929 à PERIGUEUX - 13/08/2006 à PERIGUEUX) qu'il n'a connu que quelques mois. A la fin de la Première Guerre Mondiale, il possédait le grade de Lieutenant d'artillerie. Georges JEROME était devenu arbitre officiel après sa carrière. En aout 1927, il s'élève contre "le manque de solidarité de doctrine" entre les arbitres dont les décisions sont très discutés en raison des différentes interprétations. Un an avant il s'était offusqué du manque d'éducation technique des joueurs opérant en équipe de France et pointait du doigt le travail des clubs. En novembre 1927, il provoque un malaise dans le rugby français bien malgré lui. Forfait pour arbitrer NARBONNE-TARBES en raison d'une blessure à la cheville, il déclare forfait par télégraphe quelques jours avant. Trop tard pour la Fédération qui ne dépêche aucun remplaçant. M. FAUR, du Comité des Pyrénées le remplace sur le champ. Mais son arbitrage mécontente TARBES qui sur ordre de Jules SOULE, quitte le terrain à dix minutes de la fin du match. Le règlement est formel : 0 point pour TARBES. Au delà de leur attitude, c'est celle de la Fédération qui est montrée du doigt, car cette dernière a décidé de supprimer la désignation d'arbitres de touche officiels pour des raisons économiques.... Sa dernière rencontre arbitrée s'est déroulée le 3 février 1929 au Stade Jean-Bouin entre le CASG et l'AS BAYONNE. Pris d'étourdissements le 22 février à PERIGUEUX, il reste plusieurs alité avant d'être transféré à BORDEAUX où il est décédé des suites d'une méningite (1). (1) "L'Auto" du 20 mars 1929 présente André VERGES comme son frère.

Carrière en clubs

Après-carrière en clubs

Entraîneur
? à ?
Au moins lors de la saison 1921-1922
Entraîneur
? à 1929