Emile Alexandre Jean Pierre Servais GIFFO

Né le : 29/01/1888 à Douarnenez (Finistère)
Décédé le : 11/11/1977 (89 ans) à Antibes (Alpes-Maritimes)
Taille : 1m75
Poids : 82kg
Poste(s) : 2
Profession : Industriel.

Biographie

Emile Alexandre Jean Pierre Servais GIFFO nait le 29 janvier 1888 à DOUARNENEZ . Il est le fils de François Emile Cyprien, négociant et industriel dans le domaine de la conserverie de poissons et autres produits industriels, âgé de 36 ans et de Anastasie Marie LAHAYE, âgée de 30 ans. Son père est délégué cantonal et fut maire de DOUARNENEZ de mai 1888 à avril 1892 (1). Né le 15 octobre 1851 à DOUARNENEZ, il est décédé à PARIS (ou DOUARNENEZ) le 8 février 1923 à l’âge de 71 ans. Sa mère est née le 9 juin 1855 et décédée le 5 avril 1893 à DOUARNENEZ. Emile GIFFO se retrouve donc orphelin de mère à l’âge de 5 ans. Emile GIFFO père est l’un des propriétaires de la marque « Capitaine Cook » dans les années 20. Emile GIFFO est le dernier d’un fratrie de trois enfants : une sœur Marie-Henriette Anastasie (1884-1963) et un frère Francis (1886-1961) avec qui il s’associera professionnellement. Anecdote : le fermier de la famille fait une découverte incroyable dans les champs à KERMABON le 13 mars 1887 : un corne de bœuf renfermant 74 pièces d’argent du XVIe siècle de l’époque Charles IX et Henri III ainsi que de la monnaie espagnole et des cruzades portugaises en argent. Lors de sa mobilisation en 1908, il exerce la profession d’industriel (2). Il est incorporé au 13e Régiment d’Artillerie à compter d’octobre 1909. Il est envoyé en congé le 23 septembre 1911 avec un certificat de bonne conduite. Il vit alors 56 rue Planchet à PARIS. Rugbystiquement, un certain GIFFO évolue au poste de pilier du club de l’UNION CAROLINGIENNE RUGBY qui affronte notamment le lycée HOCHE. Il effectue ses débuts au SCUF le 17 janvier 1909 face à la sélection anglaise des United Services de PORTSMOUTH au poste de deuxième ligne (3). Il est en provenance d’un club anglais « où il a évolué longtemps ». « L’Auto-Vélo » du 8 avril 1911 confirme qu’Emile GIFFO est un très bon talonneur qui a joué dans un bon club d’Angleterre avant sa venue au SCUF et qu’il est aussi excellent en attaque qu’en défense. Il évolue invariablement aux postes de la première et deuxième ligne. Emile GIFFO ne figure plus dans la rubrique rugby au-delà de 1912. Mobilisé lors du premier conflit mondial, il est affecté au 59e Régiment d’Artillerie lors de son arrivée au corps le 30 aout 1914. Il passe ensuite au 13e Régiment d’Artillerie en mars 1915 puis au 82e. Brigadier en février 1919, Emile GIFFO est sursitaire du 22 mars 1919 au 29 septembre 1919 et démobilisé le 7 juillet 1909. Il se marie à SAINT-MAUR-DES FOSSES le 15 octobre 191* avec Marguerite Claire Léonie CAUCIFIX née en 1891. Lors du recensement de 1931, le couple vit à SAINT-MAUR-DES-FOSSES avec ses beau parents Eugénie et Roger CAUCIFIX. Ils ont 2 enfants Pierre Emile Henri (né le 3 septembre 1913 à SAINT-MAUR-DES FOSSES et décédé à PARIS le 12 juillet 1983). et Claude Francis Camille né le 16 juillet 1921 à APRIS et décédé à BOURGES (Cher) le 25 octobre 1983. Le 4 mai 1937, la 10e Chambre du Tribunal Correctionnel de la Seine condamne Emile GIFFO à 8 jours d’emprisonnement pour « abandon de famille depuis trois ans ». En fin d’année 1937, il est domicilié 14 rue Rollin dans le 5e arrondissement de PARIS. En janvier 1938, Emile GIFFO est répertorié dans l’annuaire industriel dans le domaine des montures et piquets de fleurs artificielles au 86 avenue de Grand Chêne au Parc Saint Maur dans le département de la Seine. Son frère Francis figure également à ses côtés. En 1932, l’entreprise a figuré parmi une liste d’entreprises en faillite. Emile GIFFO divorce le 18 décembre 1942 et se remarie à ANTIBES le 29 juin 1953 avec Solange Yvette LIONNET. Il décède à ANTIBES le 11 novembre 1977.à l’âge de 89 ans. (1) En février 1902, il est acquitté dans une affaire où il est soupçonné d’avoir menti sur la provenance de l’huile des boites de sardines de sa conserverie. Un laboratoire d’analyses est mis en cause. (2) Il existe une annotation « agent de la Ville de PARIS » (3) « L’Intransigeant » du 13 janvier 1909.

Carrière en clubs

? à ?
Angleterre (club inconnu)
1909 à 1912