Albert CHATAU

Né le : 11/02/1893 à Urrugne (Pyrénées-Atlantiques)
Décédé le : 15/07/1924 (31 ans) à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques)
Poste(s) : 10-12-13
Profession : Employé de l'Hôtel des Postes à BAYONNE.

XV de France

Sur le terrain


11/01/1913
N° 10
drapeau France FRANCE
vs
drapeau Afrique du Sud AFRIQUE DU SUD

5 - 38
Route du Médoc LE BOUSCAT

Essai : 0
Transformation : 0
Pénalité : 0
Drops : 0
Carton : -
Tournoi des 5 Nations

25/01/1913
N° 16 (non entré)
drapeau Angleterre ANGLETERRE
vs
drapeau France FRANCE

20 - 0
Stade de Twickenham TWICKENHAM

Essai : 0
Transformation : 0
Pénalité : 0
Drops : 0
Carton : -

Biographie

Albert CHATAU (souvent orthographié CHATEAU) est né le 11 février 1893 à URRUGNE (Pyrénées-Atlantiques).

Il est le fils de Pierre CHATAU, préposé des Douanes, né à SOORTS (maintenant rattaché à HOSSEGOR) le 26 novembre 1852 et de Françoise ZOZAYA, couturière, née le 23 juillet 1867 à SAINT-PEE-SUR-NIVELLE (Pyrénées-Atlantiques). Tous deux se sont mariés à BAYONNE le 14 février 1885.

Albert CHATAU a un frère Jean-Baptiste (1), né le 21 février 1890 au BOUCAU et décédé le 9 avril 1937 à BAYONNE. Tous deux étaient employés des Postes et Télécommunications (2).

Il effectue ses débuts au sein de l'AVIRON BAYONNAIS en début de saison 1910-1911. Remarquable trois-quarts centre dans une ligne de très grande qualité et est décrit comme un joueur « scientifique ». Il sort très vite du lot sans pour autant être repéré pour les diverses sélections. En décembre 1911, il sera remplaçant dans une sélection du Sud puis capitaine de cette même équipe lors d’un match de sélection contre le Nord le 1er décembre 1912 à NANTES. Il joue une rencontre Possibles contre Probables le 15 décembre 1912 sur le terrain de Hardoy.

Appelé une première fois en tant que remplaçant pour la rencontre face à l’ECOSSE le 1er janvier 1913 avec son coéquipier Maurice HEDEMBAIGT qui lui sera finalement titulaire, il obtiendra une sélection lors du match du 11 janvier face à l'AFRIQUE DU SUD au BOUSCAT au poste de demi d'ouverture. Cette sévère défaite sonne déjà pour lui la fin de sa carrière internationale en tant que titulaire. Il est appelé dans le groupe qui se déplace en ANGLETERRE le 25 janvier mais il ne fait pas partie des 15.

Lors du premier conflit mondial, il est incorporé au sein du 49e Régiment d’Infanterie à compter du 26 novembre 1913, il sera nommé Caporal le 11 septembre 1914 et Sergent le 16 novembre de la même année. Décoré de la Médaille Militaire (J.O. du 26 octobre 1915) et Croix de guerre avec palme. « Sous-officier plein de bravoure donnant à tous l’exemple du plus grand courage, toujours prêt à marcher."

Blessé une première fois le 13 juillet 1915 et revenu sur le front sans avoir accepté un congé de convalescence. A été blessé grièvement à l’épaule par un éclat d’obus à son poste de combat le 29 septembre 1915 ». Il sera déclaré invalide par la Cour de Réforme de BAYONNE le 13 octobre 1919 puis déclaré invalide avec pension d’invalidité à 100% le 5 mars 1924.

Albert CHATAU est décédé à l'hôpital de BAYONNE le 15 juillet 1924. Atteint d’une balle à la poitrine lors de la Première Guerre Mondiale en 1915, il doit mettre fin à sa carrière de joueur. Cette blessure très difficile à soigner lui occasionnera des soins quotidiens durant 9 ans. Il décède des suites d’une hémorragie.

Ses obsèques sont célébrées le 17 juillet 1924 devant une très grande affluence. Albert CHATAU est inhumé au cimetière Saint-Etienne. Quelques jours avant son décès, il déclarait au journal « L’intransigeant » qu’il aurait été heureux de recevoir la Légion d’Honneur à titre militaire. Il était un correspondant régulier des journaux « L’Intransigeant » et «L'Auto" jusqu'à son décès. Il relatait ainsi les rencontres de l’AVIRON et du rugby en Côte Basque. Son frère Jean-Baptiste sera son successeur dans plusieurs journaux tels que "L'Intransigeant", "L'Indépendant des Pyrénées" ou « Match » à BAYONNE.

Quelques années auparavant, Albert CHATAU entrainait l'AVIRON BAYONNAIS avec Owen ROE et Fernand FORGUES et fut Président de la Commission Rugby du club. Joseph LAURENT lui succède en septembre 1924.

(Sources : recherches FinalesRugby : Retronews - Gallica - Encyclopédie BODIS/LAFOND - Rugby-pioneers)

(1) « La Gazette de Biarritz-Bayonne et Saint-Jean-de-Luz » du 29 juillet 1924 indique une publication de mariage entre Jean-Baptiste CHATAU et Marie-Gabrielle BARGELES, commerçante, née le 05/12/1891 à BAYONNE et décédée dans la même ville le 21/10/1983. Elle avait une sœur jumelle Jeanne Lucie, décédée le 12/02/1977 à BAYONNE.

(2) Jean-Baptiste est contrôleur adjoint des P.T.T. à son décès.

Sélections

France
  • XV National : int. n° 94 - 1 sélection - AFRIQUE DU SUD 1913

Carrière en clubs

? à 1913

Après-carrière en clubs

Entraîneur
? à ?
Avec Owen ROE et Fernand FORGUES.

Document