1ère SERIE
2013-2014

Le Champion : OURSBELILLE BORDERES

La Fiche Technique de la finale

22/06/2014

Stade Albert Boutou - POUSSAN

OURSBELILLE BORDERES 15-0 LA MOTTE SERVOLEX

(9 - 0)

OURSBELILLE BORDERES

LA MOTTE SERVOLEX

Essais

Transformations

Pénalités

Drops

Cartons Rouges

Cartons Jaunes

Cartons Blancs

Autres

OBRC 15 - La Motte Servolex 0

MT : 9 -0.

Arbitres : P. Courbin assisté de B. Olivier, J. Cohen (tous P. Agenais)

Pour l'OBRC : 5 P (17,25,33,53,65) Gaël Gandarias.

OBRC : Belin, Couronne, Costiou, Rodriguez, Ferras, (o) Gandarias (cap), (m) St Martin, Theil, Ruart, Bellardi, Garnier, Bégué, Lespoux, Pouifourcat , Monteagudo

Sont entrés : Monfray, Serres, Bensouna, Lusehero, Trille, Peyras, Boy. Entraîneurs : P. Gandarias, J.Y. Paris.

C'est autour d'un stade très riche en couleur, avec toutefois un imposant noir et blanc bigourdan, sur un rouge et bleu alpin que l'arbitre donne le coup d'envoi de cette finale. Le vent marin a quelque peu perturbé les deux équipes, mais coté haut-pyrénéens, on a su vite le maîtriser. Deux équipes qui veulent prendre les clés du match, mais l'enjeu fait que d'un côté comme de l'autre, une fébrilité flagrante voit des ballons perdus ou rendus à l'adversaire trop rapidement. C'est le buteur alpin qui a l'occasion d'ouvrir la marque, mais ses tirs (3,7, 14) ne trouvent pas la trajectoire. Le jeu des hommes de Gaël Gandarias se met en place, ceux-ci mettent la main sur le ballon. À ce jeu de cache ballon, ou de prise de jeu dans l'axe, en face on est pris, et on est à la faute. D'où (17, 25,33) le buteur de service maître «Ganda», promu capitaine en l'absence de Marie, qui est spectateur, enquille et fait passer les siens devant à la demi-heure de jeu. Vu les conditions climatiques, l'arbitre accorde (20) la pause eau. On sent que les noirs et blancs de l'OBRC deviennent maîtres de la situation. Notamment avec des actions bien travaillées au départ qui met l'adversaire à la faute. Prise dans les airs, départ au ras, ballon au sol et vite écarté, en face on cherche et on se fait prendre au piège du plaqueur plaqué.

À la reprise, sur le coup d'envoi adverse, belle reprise des Haut-Pyrénéens qui sur un bon jeu dans l'axe vont chez l'adversaire et le pousse à la faute avec sur le regroupement un passage par la petite porte sont pris. Mais le vent fait des siennes. Le tir de Gandarias passe à côté (48). Maîtres dans les airs, ballons partagés en mêlées, les Alpins vont enfin tenter de passer par les côtés en envoyant sur la largeur du terrain, mais en face, le rideau défensif, le premier, voire le deuxième ne se fait jamais prendre. Mais encore sur une bonne maîtrise des noirs et blancs, ceux-ci sont maîtres de la situation et vont même enfoncer le clou sur des actions identiques.

La troisième ligne (impériale) avec le soutien des gros et notamment du pilier Montéagudo, vont tenter le passage en force dans l'axe. Et là ce qui devait arriver arriva, pris par la patrouille, l'adversaire se fait piéger. Sur de belles dominations des siens, coté terrain et ballons propres, Gandarias met à profit cette domination et enquille (53,65), ce qui met les siens à l'abri de toute surprise avec un score de 15 -0. Il reste un quart d'heure à jouer, coté staff on fait entrer le banc, et surtout on demande de ne plus prendre de risque, de bien faire la ligne de défense, et surtout plus de faute.

Message reçu cinq sur cinq, le RC Monterrain tente le tout pour le tout, mais en face on défend le moindre centimètre de terrain. Coup de sifflet final, et de là retentit : «on est champion, on est champion de France».Belle victoire saluée comme il se doit par une marée noire et blanche bigourdane.


Sébastien Marie (capitaine, blessé pour la finale) : «Franchement, dans les yeux, cela se voyait qu'on voulait aller le chercher. Déjà vendredi soir quand on s'est réuni, il y avait les larmes qui coulaient. Aujourd'hui, ils ont tout donné, ils ont démontré des valeurs sur lesquelles on a joué depuis le début de la saison. C'est plus qu'une bande de copains, c'est une famille. Et j'espère que l'on continuera sur cet état d'esprit l'année prochaine.»

Gaël Gandarias (Demi d'ouverture et buteur de l'OBRC) : «Je crois que dans le groupe, il n'y en a aucun qui a disputé une finale de championnat de France, le plus loin c'était un quart. Après les pépins du week-end dernier avec la blessure de Marius, c'était une motivation supplémentaire, on devait gagner ce titre pour beaucoup de personnes. Je remercie au nom de l'équipe tous les supporters car s'ils n'avaient pas été là, on n'en serait pas arrivé là.»

Sébastien Theil. (Troisième ligne centre) : «On nous annonçait une belle équipe qui avait mis un gros score en demi-finale. On partait un peu dans l'inconnu, mais notre seizième homme, c'est ce qui nous a aidés tout au long de la saison et qui nous a permis de prendre ce titre tant attendu depuis la création du club. La première année, ils s'étaient loupés, tombant sur de grosses équipes en honneur, maintenant on le ramène en première série. Je pense que la fête va être belle à Oursbelille et à Bordères et que l'on va passer un bel été.