4ème SERIE
2010-2011

Le Champion : PLAISANCE DU GERS

La Fiche Technique de la finale

26/06/2011

Stade Marcel Cazenave - BAGNERES DE BIGORRE

PLAISANCE DU GERS 31-7 CAPVERN

(16 - 7)

PLAISANCE DU GERS

CAPVERN

Essais

Transformations

Pénalités

Drops

Cartons Rouges

Cartons Jaunes

Cartons Blancs

Autres

Plaisance-du-Gers 31 - Capvern 7

MT : 16-7. A Bagnères.

Arbitres : MM. Le Barbu (Côte-d'Azur) assisté de MM. James, Gracianette, Lajus (Béarn).

Pour Plaisance : 3 E Lascombes (27e), Van de Kerkof (61e), Chauvin (80e +1) ; 2 T Laporte ; 4 P Laporte (2e, 12e, 20e, 59e).

Pour Capvern : 1 E Colomes (36e), 1 T Marmouget.

Capvern : Marmouget ; Sabathier, Gonzalès, Colomes, Laran (Colomès, 40e) ; (o) Castex (Vergès, 46e), (m) Dassy ; Campagnari, Burgaud (cap.), Galan (Aubac, 38e) ; Tabalère, Delas (Saint-Pasteur, 26e) ; Mur (Cazaux, 40e puis Mur), Lacaze (Dabezies, 46e), Couget.

Carton jaune : Lacaze (73e).

Plaisance : Vaccaro ; Van de Kerkov, Pedemay (Thierry, 50e), Habernet (Lapassade, 46e), Chauvin ; (o) Laporte, (m) Curiel (Saint-Jean, 40e) ; Laboisse, Lascombes, Dartigaux ; F. Bianchi (Thieulé, 24e), Benoît ; Sarrais, Fr. Bianchi (Lafontaine, 42e), Bournazel, Ponsola (32e).

Carton jaune : Lascombes (65e).


Plaisance a décroché de belle manière le titre de champion de 4e série face à de valeureux Capvernois qui ont, de leur côté, tout donné. Plaisance, était une fois de plus le plus fort.

En prenant le score d'entrée sur pénalité de Romain Laporte dès la 2e minute, les garçons de Jean-Philippe Dartagnan et Michel Lasbats ont tout mis en œuvre pour réussir. Pourtant, les thermaux voulaient prouver qu'ils n'étaient pas là par hasard. Hélas ! pour eux, par deux fois Nicolas Marmouget échoue dans ses tentatives de pénalités. Les Gersois vont alors œuvrer avec leurs avants et leurs patrons Laurent Benoît et Stéphane Lascombes pour mettre au supplice leurs adversaires, et Romain Laporte, impeccable, enfile deux pénalités : 9-0 au bout de vingt minutes. L'USP, avec ses trois-quarts, n'est pas en reste et Thierry Vaccaro fait admirer sa vitesse sur 60 m et qui échoue dans les 22 adverses. Les débats sont plaisants tant les deux équipes montrent de belles dispositions. Cependant, Plaisance va enfoncer le clou (28e) sur une pénaltouche bien récupérée par Stéphane Lascombes qui s'affale dans l'en-but avec tous ses copains sur le dos. Essai dominical du puissant numéro 8 transformé par Romain Laporte : 16-0, Plaisance domine logiquement la partie. Capvern subit mais ne rompt pas, et après une, deux, trois, et quatre pénalités jouées à la main, trouve enfin la faille, essai transformé de Pierre Gonzales, récompense méritée, l'USC revient : 16-7.

C'est le score aux citrons qui laisse les « rouge et blanc » dans le match. Ils débutent la seconde période pied au plancher, tentant beaucoup, tant au niveau des avants que des trois-quarts, mais ils se cassent inexorablement les dents, et s'épuisent sur le rideau défensif « jaune et noir ». Romain Laporte ajoute une pénalité : 19-7.

Puis vient le chef-d'œuvre de Siegfried Van de Kerkof sur un ballon intercepté par ses trois-quarts. Servi, il se débarrasse de deux défenseurs, tape à suivre, reprend et marque. Chapeau !

A 24 à 7, Capvern, vexé, voyant le score s'alourdir, tente un dernier baroud mais celui-ci, hasardeux, désordonné, manquant de lucidité. La lourde chaleur et leur adversaire auront raison d'eux.

Plaisance, plus frais et en surnombre, finit sur un essai de Thomas Chauvin entre les poteaux qui ouvre définitivement la voie royale, celle du titre : champion de France.

Laluby : « Je rends hommage à tout le monde »

Christian Laluby (coprésident) : « De voir des gens heureux, ça me rend heureux. Il y a tellement de moments tristes dans la vie que de tels moments ça réconforte, quelque part. Cette victoire a été obtenue grâce au travail et à la formation. Ça commence à l'URBR pour se finir chez nous, mais il ne faut pas croire que c'est arrivé aussi facilement. Je tiens à rendre hommage à tout le monde, au staff, aux joueurs et à ces formidables supporters ainsi qu'à tous les Gersois qui ont été solidaires avec nous. »

Jean-Philippe Dartagnan (co-entraîneur) : « Après dix mois d'un immense travail, on est champion, c'est magnifique. Nous nous étions bien préparés mais nous sommes tombés sur une équipe très joueuse et ça n'a pas été aussi évident que cela, d'autant plus qu'il faisait très chaud. Mais les garçons ont bien respecté les consignes en général et répondu à nos attentes. »

Stéphane Lascombes (3e ligne centre) : « Bien entendu que je suis heureux d'être champion de France à 36 ans. Mais Capvern n'a rien lâché physiquement. Je pense que ça s'est passé plus au mental sur la fin. Ca rend la victoire encore plus belle ».

Michel Lasbats (co-entraîneur) : « C'est une journée énorme pour moi, les joueurs ont fait un match énorme de façon à m'offrir ce titre que je désirais par-dessus tout. Ils ont été héroïques quand Capvern a repris le dessus, mais nous avons bien répondu en défense. Ce titre, nous le méritions, on peut oublier tout le reste maintenant. »

Plaisance pour l'éternité

C'est une grande et belle histoire que viennent d'écrire les joueurs de Plaisance. Ce titre décroché de haute lutte restera comme un symbole dans la vie du club ainsi que dans le cœur des fidèles supporters. Laurent Benoît, le valeureux capitaine, ne pouvait pas rêver d'une meilleure sortie, tant il se sera démené jusqu'au bout, se voyant même refuser un essai en fin de match. Quant à l'entraîneur Michel Lasbats, qui fêtait aussi son anniversaire, il n'est pas près d'oublier cette date. De cette immense débauche d'énergie a découlé une victoire nette et sans bavure malgré la belle résistance de l'équipe de Capvern. Mais les Plaisantins ne voulaient pas avoir de regrets, ils ont mis tous les ingrédients afin que le Bouclier puisse trôner dans les vitrines du club-house. L'euphorie de ces instants d'un indescriptible bonheur ne leur a pas permis de prendre conscience de l'étendue de leur œuvre. Mais lorsque les flonflons de la fête se seront dissipés, là ils pourront savourer. Personne ne pourra retirer à cette magnifique bande de copains ces images qui se sont terminées en apothéose. C'est la victoire d'un groupe qui est parvenue à construire quelque chose d'énorme et il serait difficile et même incongru de mettre en avant un joueur plus qu'un autre car tous ont fait preuve d'une immense générosité tout au long de la saison et particulièrement lors des phases finales. Jean-Bernard Abadie